Roadtrip 2020

2020, ou probablement la pire année pour tous.
En plus de notre propre vie à gérer, qui a toujours son lot de problèmes, ce virus nous est tombé dessus et a littéralement bouleversé/modifié notre façon de vivre.

Pour la première fois, nous avons subi des semaines de confinement ainsi que la fermeture de nombreux lieux (les restaurants, les théâtres, les salles de sport, etc). Évidemment, cela a été difficile pour tout le monde à différentes échelles.
Mais, quand j’ai eu la possibilité en Octobre de pouvoir partir en vacances, je n’ai pas hésité bien longtemps. L’organisation s’est faite un peu tardivement puisque nous n’étions jamais certaines de réellement pouvoir partir. Un deuxième confinement nous pendait au nez, et finalement, nous sommes parties au bon moment puisque peu après notre retour, nous avons tout recommencé une seconde fois.

Vous commencez à me connaître, j’aime voyager, même si ce n’est qu’une excursion de quelques jours en France, ou aller voir différents spectacles, à proximité ou non de chez moi, rencontrer des artistes, profiter des copines ; et depuis des mois, tout s’est arrêté brusquement.
D’ailleurs, la carte de réduction « jeunes » de la SNCF achetée en Février n’a cette année pas été très rentable… et avec la crise qui continue, je ne vais même pas pouvoir profiter de ma dernière année en tant que « jeune » puisqu’on y a le droit jusqu’à 28 ans. Les prenants à la fin 2021, autant vous dire qu’il est inutile d’en acheter une.

Après quelques recherches avec Flora, nous avons décidé de partir à nouveau dans le sud, mais, alors que d’habitude nous passons l’intégralité de notre séjour au même endroit, nous allons cette fois faire trois destinations sur 10 jours.
(Paris ne comptant pas réellement à la base).


Lundi 05 Octobre : départ

Première étape : je me rends chez Flora en région parisienne puisque nous prenons le train demain matin vers Sète. Comme d’habitude, elle m’accueille chaleureusement et me propose un bon repas et un bon lit.
Durant la soirée, nous évoquons évidemment les vacances qui nous attendent et ce qu’on a le plus hâte de découvrir ou redécouvrir (pensées au Phare de Sète).

Mardi 06 au Samedi 10 Octobre : Sète

Mardi matin arrive, le réveil sonne et après un petit déjeuner, nous prenons le bus pour rejoindre la gare avec nos petites affaires. Sachant que nous prenions l’avion au retour, il a fallu opter pour des bagages plus petits, ce qui n’était pas chose facile pour l’une comme pour l’autre ! (On a toujours mille choses à prendre, au cas où…).

Nous passons donc la matinée dans le train et arrivons à Montpellier. La gare de l’arrivée n’étant pas la même que celle que nous devons rejoindre pour aller à Sète, nous optons pour un Uber qui nous conduira assez rapidement à destination, nous laissant même le temps de déjeuner.

Avant 14h00, nous voilà dans le TER prêtes à fouler une nouvelle fois le sol sétois que nous aimons tant.

Après avoir découvert notre logement pour les quatre prochaines nuits, il nous faut faire quelques courses. Nous avons la chance d’être à proximité d’une navette gratuite qui peut nous amener jusqu’à un magasin un peu plus loin. D’habitude, nous nous dirigeons vers celui du centre mais on sait tous qu’en général, les prix sont plus élevés.
Nous avons toujours du mal à faire nos choix de repas, et on passe souvent beaucoup de temps à compter le nombre de repas pour être sûre de ne pas en avoir trop, ni trop peu. Puisque nous voyageons en train, nous ne pouvons pas vraiment nous permettre d’avoir des charges supplémentaires.

Après ces achats, et malgré l’heure, nous décidons de profiter quand même du coin en nous rendant vers le port et le fameux phare que Flora aime tant. J’avoue que c’est un coin très agréable et joli que j’aime également.
Nous voilà à prendre différentes photos, nous flânons et nous nous retrouvons finalement à suivre le coucher de soleil. Nous avançons même vers le théâtre de la mer et découvrons le nouvel aménagement qui a été fait en dessous.
Finalement, nous passons au moins 1h30 sur place alors que nous devions juste y faire un petit saut.

Après tout, nous sommes en vacances, alors autant en profiter !

Je vous épargne nos diverses soirées télé, à parfois plus discuter qu’autre chose.

Le lendemain matin, nous décidons d’aller faire une balade dans la forêt dominicale des Pierres Blanches qui surplombe la ville, non loin du Mont Saint-Clair (que nous rejoignons en bus). Nous y passons environ une heure. Il fait beau, il y a peu de monde et comme à notre habitude, nous prenons des petites photos. Nous n’avions jamais été jusque-là alors c’est d’autant plus chouette.
Ensuite, nous rejoignons à pied le Mont Saint-Clair (c’était duuur) pour ensuite pique-niquer tranquillement avec cette si merveilleuse vue.
Puis, nous redescendons tranquillement à pied vers le centre de la ville. Nous en profiterons d’ailleurs pour faire une pseudo chasse au trésor qui nous a fait à nouveau beaucoup marcher.
J’allais d’ailleurs presque oublier la petite glace que nous sommes allées manger… après l’effort, le réconfort, non ?

Puisque nous connaissons déjà bien la ville de Sète, nous décidons pour le jeudi d’aller à Montpellier pour en découvrir un peu plus que la gare ou la place de la Comédie. Alors, après avoir traîné toute la matinée, nous prenons le TER en début d’après-midi pour rejoindre la ville. Nous découvrons l’arc de triomphe de la ville, un joli parc et de mignons petits coins. Il fait beau, même presque chaud et c’est vraiment agréable de pouvoir profiter, malgré le masque.
En revenant vers la place de la Comédie, nous décidons de faire une pause goûter (oui, vous allez dire qu’on ne fait que ça, mais on marche beaucoup aussi !). Un délicieux petit smoothie pour moi, une crêpe pour Flora, et nous voilà d’attaque pour reprendre le train vers 17h30.

Vendredi est déjà la dernière journée complète que nous passons ici et Flora avait bien envie de découvrir Nîmes qui est à une heure de train. Curieuse de voir de nouveaux endroits, je valide totalement ce choix.
Nous partons donc en fin de matinée et nous rejoignons la ville assez rapidement finalement. Nous découvrons les arènes qui sont en fait en plein cœur de la ville. C’en est même étrange de voir un tel monument entouré de toute cette modernité. Au détour de petites rues, nous décidons de nous arrêter pour manger des paninis tranquillement, avec le soleil. Ensuite, nous découvrons la « maison carrée » puis le jardin de la fontaine avec là encore quelques signes d’une vie passée. Enfin, nous regagnons le centre pour repartir doucement vers Sète après quelques heures sur place.
C’était agréable et intéressant de découvrir cette nouvelle ville. Malgré tout, je n’en suis pas « fan », dans le sens où je n’y retournerai probablement pas sans raison particulière.

Et voilà, notre séjour sétois s’achève déjà, mais d’autres aventures nous attendent.

Samedi 10 au Lundi 12 Octobre : Marseille

Voilà le moment de dire au revoir à Sète pour une durée indéterminée. La veille de nos départs, nous prenons toujours le temps de ranger et nettoyer un maximum pour ne pas avoir à courir juste avant de partir.
Un train nous attend juste avant 10h00 pour rejoindre Marseille deux heures plus tard. Nous n’y restons cette fois que deux nuits puisque, d’après nous, nous avons moins de choses à découvrir.

Arrivées vers midi, il fait très beau mais il y a pas mal de vent. Nous partons à pied avec nos bagages vers l’appartement. Il nous a d’ailleurs fallu faire un aller-retour pour récupérer les clés, chargées comme jamais, mais soit. Nous nous installons rapidement, prenons quelques affaires et allons déjeuner avant d’aller vers le vieux port. Nous décidons ensuite d’aller voir Notre-Dame-de-la-Garde en bus. On a regardé pour y aller à pied, mais on n’avait pas du tout la foi de le faire, surtout vu la distance et l’altitude…
Bref, nous voilà arrivées et ça souffle beaucoup. J’étais déjà allée voir cette basilique il y a plusieurs années et ça m’a fait tout drôle de m’y retrouver de nouveau. Nous prenons le temps de faire le tour puis revenons en ville. Nous marchons un peu le long du port jusqu’à nous retrouver au palais du Pharo où il y avait pas mal de monde. Des enfants jouaient et d’autres profitaient simplement du soleil. Nous décidons ensuite de retourner vers l’appartement, en faisant un détour par l’office de tourisme qui va nous guider pour notre randonnée du lendemain. Nous en profitons également pour faire nos fameuses petites courses pour le séjour avant de rentrer.

Dimanche = rando.
Nous nous levons pas trop tard pour l’occasion puisque nous devons prendre le métro puis le bus jusqu’à son terminus pour rejoindre un coin des calanques accessibles à tous. Nous n’avons pas l’habitude de marcher comme cela, et encore moins dans de tels endroits alors il valait mieux être prudentes (et quand on voit le parcours, c’était finalement pas mal du tout).
À 11h00, nous commençons à voir les falaises et nous serons de retour en ville vers 16h00. Autant dire que nous avons passé une bonne et grosse journée dehors. Les paysages étaient de plus en plus incroyables, malgré le vent qui nous emportait parfois.
Nous avons même pique-niquer au bord de l’eau cristalline et nous ne voulions même plus en partir. D’autant que les derniers mètres ou kilomètres étaient remplis de rochers qu’il fallait « escalader ». Ça n’était pas évident, il faut l’avouer, mais ça en valait clairement la peine. C’est d’ailleurs mon meilleur souvenir de Marseille. Le décor était clairement déroutant.
J’ai fait de nombreuses photos (plus d’une centaine) et aujourd’hui encore, je suis émerveillée en les regardant.

En arrivant en ville, je n’avais qu’une envie, me poser et manger. Alors, quand on a vu un « Waffle Factory », il a fallu que l’on teste. C’était délicieux ! (Je suis même repartie avec une gaufre pour le dîner, c’est pour dire…).

Et notre séjour ici s’achève. Demain, nous prenons de nouveau le train pour notre troisième destination.

Lundi 12 au Vendredi 16 Octobre : Nice

Nous regagnons ce lundi la gare de Marseille-Saint-Charles avant 10h00 pour prendre notre train. Le voyage sera un peu plus long que pour arriver à Marseille mais nous aurons plusieurs jours pour en profiter.

Nous arrivons sur place vers 13h00 et rejoignons l’appartement qui est en fait dans un quartier que nous connaissions sans le savoir. C’est justement à deux pas que nous avions été figurantes pour le film de Michèle Laroque quelques années auparavant.
Nous nous installons tranquillement et programmons un peu nos prochaines journées en fonction de la météo. Nous souhaitons notamment aller jusqu’à Monaco, qui est finalement à moins de 30 minutes en train, ce qui est idéal pour découvrir le coin sur une petite journée.

Avant même de partir, j’avais fait quelques recherches de tatouages que j’aimerai faire et de tatoueurs à Nice, sans savoir pourquoi c’est ici que je me voyais faire le tout premier. Déjà à Sète, j’avais parlé de cette envie à Flora mais il fallait quand même que l’idée fasse son chemin. Alors, une fois sur place, nous en avons reparlé et dès nos affaires déposées, nous sommes allées jusqu’au salon de tatouage nommé « La Garçonnière ». Vu le nom, qui fait référence à la dernière pièce de théâtre avec Claire Keim et Guillaume de Tonquédec, je me suis dit que c’était un signe. Ni une ni deux, nous voilà donc sur place et nous nous renseignons sur les prix, les disponibilités et posons également quelques questions plus techniques. Ne restant que jusqu’à vendredi matin, c’est assez limité. Flora n’ose finalement pas se lancer tandis que mon rendez-vous est fixé pour le lendemain après-midi.
Nos plans pour le mardi sont finalement modifiés, mais je me sens prête à passer ce cap.

Enfin, nous profitons un peu de la plage et du soleil avant de tranquillement rentrer et de planifier un peu plus nos prochaines journées.
En direct de la plage, je poste d’ailleurs sur les réseaux sociaux une petite énigme sur les réseaux sociaux pour faire deviner à mes « amis » / abonnés ce que j’avais l’intention de faire. Je n’avais jamais parlé de cette envie à mes proches, alors c’était d’autant plus inattendu.

« Mon premier est un déterminant possessif.
Mon second est le contraire de rien.
Chaque année mon troisième est nouveau.
Mon tout est… ».


Mardi, jour décisif et je sens que l’appréhension monte.
Pour la matinée, nous traînons à l’appartement avant de partir vers la plage pour un petit pique-nique très agréable. Il y a du soleil, assez peu de monde et le bruit des vagues suffit à me rendre heureuse.
Puis, nous partons vers la colline du château que nous avions découverte lors de notre dernier passage en ville, mais c’est un endroit que nous apprécions particulièrement pour la vue que cela offre. Nous profitons des lieux, prenons toujours des petites photos sans oublier de surveiller l’heure puisqu’il me faut rejoindre le salon de tatouage à 16h00. Ce serait malvenu de rater un tel rendez-vous.

L’heure approchant, nous nous séparons : Flora part chez un coiffeur alors que je me dirige de nouveau vers « La Garçonnière ».
Bien évidemment, je fais moins la fière une fois sur place, toute seule, mais je ne renonce pas pour autant. La veille, j’avais envoyé un exemple de ce que je voulais et le tatoueur (Valentin) a travaillé sur les petites modifications demandées.
En premier lieu, il imprime le modèle de différentes tailles pour voir ce que cela donne à l’endroit voulu, puis nous nous dirigeons vers son cabinet. Le dessin est ensuite comme « décalqué » à l’intérieur de mon poignet, puis vient le moment du vrai tatouage. Étant allongée sur le dos, je ne vois pas ce qu’il se passe et la douleur est peu présente. Il n’y a qu’à certains endroits qu’on le sent un peu plus, mais c’est largement supportable. La douleur n’était pas quelque chose qui me faisait particulièrement peur de base, mais cela m’a encore plus rassurée, même si je sais que cela dépend aussi de l’endroit où l’on se fait tatouer.
Environ 30 minutes plus tard, me voilà sortie avec mon film plastique autour du poignet. Je rejoins une nouvelle fois la plage pour profiter du soleil et du cadre, en attendant Flora qui est toujours à son rendez-vous.
Je profite d’ailleurs de ce moment pour révéler la réponse à l’énigme de la veille et à prévenir quelques personnes de mon entourage plus directement.

Enfin, l’heure passant, je rejoins finalement Flora à l’arrêt de tramway devant notre appartement puisque nous devons ensuite rejoindre mon cousin place Masséna. Cela fait de nombreuses années que nous ne nous sommes pas vus et puisqu’il vit ici depuis quelques années, c’est l’occasion idéale.
Nous allons donc en premier lieu prendre un verre sur le toit d’un hôtel, avant de continuer la soirée dans un restaurant non loin de la promenade des anglais. Même si je n’ai pas pour habitude d’aller souvent au restaurant, ça fait un bien de le faire après tous ces mois.
Nous passons donc tous une bonne soirée et rentrons chez nous quelques heures plus tard.

Ce mercredi est une journée plus maussade alors nous attendons le lendemain pour aller à Monaco. Aujourd’hui, nous flânons simplement dans les rues de Nice, faisant les boutiques tranquillement.
Au passage d’une petite place, nous repérons des ventes de « bubbles waffles », autrement dit gaufres à bulles que nous n’avions jamais vu auparavant. La tentation est donc trop grande et après notre balade, nous décidons d’y goûter. Comme pour une gaufre standard, nous choisissons ce que nous souhaitons dessus et nous allons nous asseoir pour déguster. Voyant le temps doucement se gâter, on se dit qu’il ne va pas falloir traîner dans le coin, et effectivement, de grosses averses orageuses ont débuté alors qu’on était encore sur place. On a dû rejoindre l’appartement très rapidement.

Monaco, nous voilà !
Le jeudi, nous avons mis notre réveil afin de ne pas partir trop tard et pouvoir profiter de la journée sans avoir à courir après le temps. Nous prenons donc le train vers 10h40 et arrivons sur place en un rien de temps (une vingtaine de minutes seulement). Nous cherchons un peu notre chemin dans les premiers temps mais finissons par trouver le Palais. Le lieu est assez impressionnant, notamment par la présence de la garde. Puisque nous savons que la relève se déroulera à 12h00, nous en profitons pour faire un petit tour dans les boutiques. Je suis assez coutumière dans l’achat de souvenirs lorsque je découvre de nouveaux endroits.
Nous assistons donc à la relève de la garde durant plusieurs minutes puis nous arrêtons à quelques mètres pour manger. Le temps est à nouveau à notre avantage, et heureusement.
Ensuite, nous partons vers la cathédrale de Monaco puis le jardin de Saint-Martin où il y a de nombreuses variétés de plantes.
Pour la petite anecdote, j’ai eu l’impression de croiser le Prince Albert à cet endroit. Au loin, j’ai vu arriver un petit groupe d’hommes, bien habillé, puis un homme au milieu, avec une casquette rouge. Ils sont arrivés à proximité de nous alors que nous quittions les lieux et il y avait une forte ressemblance, malgré le masque. L’un des hommes en costume nous a d’ailleurs regardé avec insistance alors que nous marchions simplement à côté d’eux. Le mystère restera total.

Nous avons ensuite marché vers le musée Océanographique et avons repéré un petit train qui fait le tour des lieux incontournables de Monaco. Comme de vraies touristes, nous avons pris le « Monaco Tours » pour un voyage de 40 minutes.
Enfin, puisqu’il était encore tôt, nous avons décidé d’aller jusqu’au casino à pied (ce n’était pas tout proche, mais soit). Nous sommes d’ailleurs passées près des « petits » yachts laissés au port, qui sont tous plus grands et imposants les uns que les autres. Et, toutes les deux avons découvert l’intérieur d’un casino pour la première fois (nous n’avons rien gagné, même si j’étais bien partie. Si, je vous jure !).
Puis, il était temps de reprendre la route de l’appartement après cette bonne journée.

Monaco est un coin vraiment joli mais qui paraît vraiment « à part ». Nous ne croisons quasiment que de grosses voitures, les boutiques sont principalement de luxe, et cela se ressent assez. Malgré tout, j’en garde un très bon souvenir et je ne serai pas contre y retourner si j’en ai l’occasion.

En rentrant à plus de 17h00, il a fallu que nous fassions notre rangement avant le retour vers Paris demain matin. C’est d’ailleurs ce soir-là que nous découvrons qu’un couvre-feu va être mis en place dans certaines régions… On était bien contentes d’être parties au bon moment !

Toutes les bonnes choses ont une fin, mais j’ai toujours du mal à repartir, surtout quand on profite autant. Heureusement, tout n’est pas encore vraiment terminé…

Vendredi 16 et Samedi 17 Octobre : Paris

Pour le voyage vers Paris, nous avons décidé de prendre l’avion pour perdre moins de temps, mais aussi puisqu’au niveau des prix, ce n’est pas forcément plus cher.
Notre vol part à 10h30 pour 1h30, ce qui est vraiment rapide. C’est d’ailleurs pour cela que nous optons pour des petites compagnies aériennes.

Une fois à l’aéroport CDG, nous prenons le RER puisqu’en journée, c’est bien plus facile. D’habitude, nous partons tôt le matin ou arrivons tard le soir et les transports en commun sont rarement encore en service. Cette fois, aucun problème pour rejoindre le centre de Paris. Nous faisons d’ailleurs un arrêt pour déjeuner avant de rejoindre notre hôtel pour la nuit. Flora et moi attendons patiemment qu’Adeline nous rejoigne et restons jusqu’au dernier moment à l’hôtel. Faut le dire, nos vacances ont malgré tout été intenses puisque nous avons fait plusieurs kilomètres tous les jours.

Ce soir, nous allons au théâtre (re)voir la pièce de Virginie Hocq. Elle a lieu à 21h00 et avant d’y aller, nous allons dans une crêperie juste en face de notre hôtel. C’était d’ailleurs délicieux, surtout le dessert…
Gros coup de chance, le couvre-feu ne commence que demain soir à Paris, ce qui nous laissera le temps de profiter avant de chacune rentrer chez nous pour de bon. Au moment de la réservation, j’avais d’ailleurs hésité à aller au théâtre le samedi soir et il faut croire que pour une fois, le ciel était avec nous.

Virginie est une femme que j’admire particulièrement et elle ne cesse de m’épater et de m’émerveiller. Elle semble toujours de bonne humeur et positive. Si vous la suivez sur Instagram notamment, vous y découvrirez un vrai clown, mais aussi une femme vraie, et engagée.
Comme d’habitude, nous profitons pleinement du spectacle et rentrons à plus de 23h00 à l’hôtel. Cela fait du bien de retourner dans une salle de spectacle, d’autant plus qu’après, tout à de nouveau été refermé.

Et voilà, notre vrai dernier jour de vacances est arrivé.

Le matin, nous prenons le temps de nous préparer avant de quitter la chambre. Puisque nous souhaitons aller nous balader, nous décidons de laisser nos affaires à l’hôtel pour ne pas nous embêter avec toute la journée.
Nous passons donc par les Champs-Élysées (Sephora, Disney Store l’incontournable), puis nous profitons simplement toutes ensemble avant le départ vers 18h15.

Et là, comme toujours, la nostalgie s’installe pendant plusieurs jours. J’ai toujours tendance à repenser à tout ce que j’ai pu vivre et ça me rend à la fois triste que ce soit passé aussi vite alors que dans le même temps je suis tellement contente de l’avoir vécu.
Je sais en plus que tout le monde n’a pas cette chance, mais c’est plus fort que moi…


Nous avons donc voyagé principalement avec la SNCF et EasyJet. Quant aux logements, nous les avons réservé via AirBnb et ça n’a pas toujours été des plus agréables.
De base, nous choisissions une proximité avec le centre et les transports, avec évidemment un bon prix. Mais bien souvent, certains éléments laissaient à désirer. Certains n’ont malheureusement pas la même notion de ménage que nous. Et pire, sous certaines formes, laisser du matériel ou de l’ameublement cassés/abimés/trop vieux alors qu’ils ne peuvent qu’être au courant.
Une fenêtre qui ne ferme pas parfaitement alors qu’elle donne sur la rue, et qu’en plus c’est un quartier « sensible » ? Évidemment qu’il n’y a rien d’urgent à effectuer des réparations.

Ce ne sont que des exemples, qui, même si nous n’avons pas eu de réels désagréments, auraient pu améliorer notre séjour complet si tous les problèmes mentionnés avaient été pris en compte.

Malgré tout, je ne retiens que l’essentiel : les belles découvertes, les paysages incroyables, le soleil, la mer, et cette simple sensation de liberté et de bien-être.

Vivement les prochaines vacances !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :